Nouvelle lune du 28 Octobre

La nouvelle lune du 28 Octobre est en Scorpion.

Vous savez déjà (si vous avez bien suivi) que la nouvelle lune est synonyme de fin d’un cycle et de nouveau départ. C’est donc le moment de faire une liste de voeux, de souhaits ou d’intentions. On vire ce qui ne nous sert plus pour repartir comme neuf. On décide ce qu’on veut pour cette nouvelle période qui arrive.

La lune en Scorpion ajoute un peu de piquant…

On peut constater que de plus en plus de gens sont en quête de sens. En quête d’éthique, de bien-être, de ce qui est important, essentiel pour soi, en quête de buts, de vrai, d’authentique, de sincère. Seulement, ça n’est pas toujours aussi clair dans l’esprit des gens. Parce que les êtres humain, souvent, ont besoin de se prendre des portes dans la tête pour réagir. Ils attendent d’être au pied du mur, de faire un burn out, une dépression, d’enchainer les périodes plus que bof pour réaliser qu’en fait, et bien oui, ils ne vivent pas forcément une vie idéale. Leur vie idéale.

C’est alors à ce moment là que le changement peut commencer… Que le vrai travail sur soi prend toute sa valeur. Quant tout va mal, ou beaucoup de choses vont mal. On craint beaucoup les émotions négatives, les situations douloureuses mais en réalité, elles ont un sens (et j’en sais quelque chose, j’ai vécu une période très très difficile ce printemps avec la maladie de lyme, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je peux en parler). On ne nous apprend pas à gérer ces périodes dures, intransigeantes, ou plus rien n’a de sens. On nous apprend à viser une perfection qui n’existe pas, à sourire, à être tous les mêmes, à ne surtout pas sortir du lot ou réaliser nos rêves…

Mais surtout, quand tout va bien, on ne change rien. Quand tout va à peu près bien, on ne change rien non plus. On se contente de ce que l’on a, on se dit qu’il y a pire ailleurs, et qu’on a un toit et à manger alors on ne va pas se plaindre.

Oui, ça, c’est ce qu’on appelle la gratitude. C’est très important d’avoir de la gratitude – une vraie gratitude, c’est à dire qu’on remercie pour ce qu’on a avec le coeur et les tripes- mais ça ne suffit pas à nous rendre totalement heureux et surtout, ça ne nous pousse pas forcément à réaliser nos rêves, à révéler au monde Qui nous sommes, à diffuser au monde la meilleure version de nous-même. La gratitude a un pouvoir énorme sur notre bien-être, être dans la gratitude agit sur notre moral, notre corps, la gratitude éprouvée régulièrement nous permet d’être reconnaissant, de profiter des petits bonheurs, de ne pas être des éternels insatisfaits, mais ce que je veux dire c’est que se contenter de ce qu’on a parce qu’il y pire ailleurs, c’est nul. C’est nul parce que la vie, ce n’est pas ça. Se dire qu’on ne va pas se plaindre parce qu’il y a pire que nous, c’est une excuse. Une excuse pour ne rien faire.

La vie, c’est trouver le sens qu’on veut lui donner. Cela inclut de trouver Qui nous sommes vraiment. Et de tout faire pour l’incarner…

C’est vrai que c’est difficile de révéler au monde Qui nous sommes. Parce que déjà, il faut se connaitre, savoir ce que l’on veut, ce qui nous fait vraiment vibrer, kiffer, ce qu’on a envie de réaliser envers et contre tout. Il faut trouver le trésor qui sommeille en chacun de nous. et l’offrir au monde tel un cadeau.

Alors ça demande du temps, de la concentration, de l’honnêteté, des doutes, des remises en questions. Et puis il y a l’éducation, la société, le fait de ne jamais chercher le bien-être à l’intérieur de soi mais de le chercher à l’extérieur, le regard des autres, les peurs. Peur de ne pas y arriver, et peur d’y arriver. Oui, souvent nous nous brimons par peur de la réussite. Manque d’estime de soi, de confiance, et encore une fois, du regard des autres.

Mais de plus en plus, les énergies du monde, de l’univers, nous demandent d’être nous-mêmes. Avec nos forces et nos faiblesses, dans notre unicité.

Nous sommes tous semblables (des êtres humains) mais tous différents. Tous différents car nous avons tous quelque chose à apporter à quelqu’un, aux autres, au monde. Forcément.

Et donc cette nouvelle lune en Scorpion, c’est ce qu’elle veut. Et ça risque de dépoter. Parce que comme je l’ai dit, souvent c’est quand nous ne sommes pas bien, au fond du trou, qu’on revient à l’essentiel et qu’on trouve ce qui nous fait vraiment vibrer (ce n’est pas pour rien que le slogan de mon blog dit « puissiez vous trouver ce qui vous fait vraiment vibrer » 😉

Alors on pourra se sentir secoué, mal, énervé, perturbé, anxieux, en colère… parce qu’il faut qu’on aille chercher au fond de nous ce qui fait de nous cet être unique, magnifique, lumineux. Et l’incarner pleinement. Il faut qu’on lâche les vieux schémas, nos comportements périmés, les relations qui ne nous apportent rien, les fausses excuses, les rancoeurs qui nous clouent à la noirceur et qui ne nous font pas avancer.

Trouver ce qui fait de nous des êtres uniques, lumineux n’est pas signe d’égoïsme, ou d’egocentrisme, c’est plutôt de le garder pour soi qui l’est. On possède tous un talent, un don, du savoir, des connaissances qui peuvent aider les autres, qui peuvent améliorer la société, le monde, la planète.

Hé, les êtres humains sont des alchimistes, ils possèdent cette merveilleuse faculté de se renouveler à chaque instant. Et c’est le moment, saisissez le ! La lune, l’univers nous aide à le faire. Peu importe ce que vous souhaitez faire, petite ou grande chose, il faut oser. Chaque petite flamme qui se rallume, qui prend de l’intensité éclaire un peu plus le monde.

On veut tous un monde harmonieux, non ? On veut tous une vie qui nous fait kiffer, se sentir libre, léger, joyeux, heureux…

Donc pour cette nouvelle lune, on peut s’aider par la méditation ( il y a beaucoup de méditation guidées sur You Tube), en s’enracinant régulièrement, en se recentrant, en se connectant à notre pouvoir intérieur, à notre force intérieure, en écoutant notre intuition, en décidant ce qu’on ne veut plus (quand on sait ce qu’on ne veut plus, c’est plus facile de savoir ce que l’on veut). On peut décider de guérir les plaies du passé, de lâcher les rancoeurs, les regrets. On prend soin de soi, on prend du temps pour soi. Et évidemment on peut s’aider des pierres.

Pour info, mercredi, je lance ma boutique en ligne « la marchande de cailloux ». Vous trouverez pas mal de pierres pour vous aider. Elles n’ont pas été crées par la nature pour rien, elles sont là pour vous faire du bien…

Voici celles que je vous conseille pour cette période de nouvelle lune qui secoue :

☾ Il y a l’améthyste d’abord, la reine de la transformation. Elle aide à débloquer toutes les situations.

☾ Le jaspe rouge, pour l’enracinement.

☾ L’agate mousse ou l’agate dendritique, pour se relier à la terre.

☾ La citrine, pour vous relier à votre plexus et retrouver ou garder une stabilité émotionnelle, ainsi que l’optimiste et la joie.

☾ Le quartz rose pour vous réconforter, et pour que vous vous aimiez.

☾ La sélénite pour son océan de douceur.

☾ La pierre de lune pour se relier à soi et écouter son intuition (il va y avoir très bientôt des pierres de lune noire, parfaite pour ça également).

L’opale noire de Madagascar, une pierre récente, nous connecte au sacré de la vie, et au sacré en soi. Cette pierre est incroyable. J’en ai quelques une sur mon site et je vais en ajouter d’autres très bientôt parce que cette pierre est un gros coup de coeur pour moi et surtout, elle est vraiment actuelle et parfaite pour les énergies du moment.

☾ La cornaline pour la reconstruction, pour s’aligner entre envies/aspirations et possibilités/réalité, tout en vous connectant à votre chakra sacré, lié à la créativité, au désir de vivre, à votre féminité.

☾ La sodalite pour lâcher prise.

♡ Et il y aura -15 % de réduction dès le lancement mercredi 30 Octobre à 18 heures et ce, pendant 5 jours.

La nouvelle lune

Si vous avez bien suivi, la nouvelle lune correspond à la période menstruelle pour les femmes.

La nouvelle lune est une période propice à la purification, au ressourcement, au bilan et à la renaissance. Qui dit renaissance dit intention pour la suite. L’intention, c’est ce qu’on souhaite pour nous. et c’est là dessus que va se concentrer mon article d’aujourd’hui, pour la nouvelle lune de demain.

Donc c’est le moment de faire une pause et d’écrire nos voeux, nos rêves, nos intentions, nos désirs, nos objectifs, tout ce qu’on souhaite réaliser par la suite ou voir se réaliser. Mais lorsqu’on dit intention, ce qu’on souhaite pour nous, ça veut dire qu’on le sait, donc qu’on a fait un bilan, qu’on a clarifié sa vision.

  • C’est d’ailleurs quelque chose qui revient beaucoup dans les formations que j’ai fait en développement personnel : clarifier sa vision. Cela veut dire que si on ne pose pas ses intentions, si on ne sait pas trop où on va, ce qu’on souhaite à court et moyen termes… bah il ne se passera rien de spécial en ce sens. Ou beaucoup moins que ce qui pourrait arriver de bénéfique pour nous.

Si nous sommes dans une démarche de travailler sur nous, d’améliorer certains aspects de notre vie, d’atteindre des idéaux, des buts, c’est le moment de savoir où on veut aller et ce qu’on espère ; les énergies de la nouvelle lune vont nous y aider (d’où l’importance, l’avantage de se relier aux énergies lunaires pour que ce soit plus facile). En plus, il y a les énergies de l’automne en ce moment, qui est également une saison de repli sur soi et de bilan, alors je voudrais pas dire mais ça fait un sacré paquet d’énergies, tout ça.

Concrètement, on fait quoi ?

Concrètement, on prend du temps pour soi, pour se relaxer et pour réfléchir à ce qu’on souhaite, on le note de façon positive à la nouvelle lune, on le visualise, on envoie nos intentions à l’univers et on y croit. Facile dit comme ça, hein 😉

Moi qui suis hyper curieuse de beaucoup de choses, qui adore apprendre, et créer, je sais que j’ai vraiment besoin de souvent me recentrer pour remettre à plat ce que je veux et je peux faire. Je m’éparpille facilement. Avec la maladie de lyme en plus, j’ai moins d’énergie donc moins de temps à consacrer à ce que je fais. Il me faut de longs moments de repos (et de longs moment d’acceptation ^^)

J’adore l’automne, mais cette période est souvent signe de remise en question. J’y ai déjà réfléchi cet été, j’ai lancé ce blog, je travaille sur ma boutique en ligne, je réécris actuellement un guide pratique pour quelqu’un, je souhaite me lancer enfin pour faire des formations en lithothérapie, des formations en lien avec les cycles de la lune, nos saisons intérieures, je n’ai pas écrit de roman depuis ce printemps et j’ai une romance qui n’arrête pas de venir me titiller ainsi qu’un roman initiatique + un oracle sur les pierres + un guide pratique sur les pierres, et toujours toujours ce furieux besoin de voyager alors je dois réfléchir et faire des choix. Affiner mes envies, mes souhaits pour ne pas me disperser et finalement ne rien faire. Et pour ne pas me sentir frustrée en impatiente-née que je suis…

J’ai senti ce besoin de me recentrer avant la pleine lune, ça fait une semaine que je trouve mes émotions éprouvantes, donc j’ai déjà bien réfléchi à ce que je souhaitais. Ce blog me prend beaucoup de temps par exemple alors je vais changer certaines choses. Moins publier, je pense pour me concentrer sur ce qui importe en ce moment : les pierres et nos saisons intérieures (les cycles lunaires). Terminer et lancer ma boutique en ligne qui garde mon nom de stand sur les marchés : la marchande de cailloux. La réécriture du guide pour quelqu’un et ensuite, je verrais le temps qu’il me reste (ah ah, c’est le nom d’un de mes romans, d’ailleurs, le temps qu’il nous reste).

Bref, en plus de l’énergie de l’automne et de la nouvelle lune, il y a le fait qu’elle soit en Balance et tout le reste dans le thème de l’astrologie que je ne maitrise absolument pas (mais il y a plein de personnes spécialistes de l’astrologie) et ce qu’il ressort pour la période à venir, c’est : trouver l’équilibre, l’harmonie et laisser émerger la plus belle version de nous-même.

Donc, la nouvelle lune du samedi 28 Septembre, 20 heures 27 en Balance + l’automne nous invitent encore plus à faire le point, le bilan pour déceler ce qui est essentiel pour nous et là où on souhaite donner de son temps, de son attention, de son énergie pour trouver l’harmonie, l’équilibre. Cela vaut pour tous les domaines : professionnel, santé, couple, famille, aspirations etc… Il risque d’y avoir quelques petites perturbations puisque ce n’est pas toujours évident de faire des choix et c’est souvent en remarquant ce qu’on ne désire plus et en le virant qu’on peut amener plus d’équilibre et d’harmonie dans nos vies. Les énergies du moment nous incitent à retrouver notre lumière, à nous relier à ce qu’il y a de sacré, de profond, d’essentiel en nous et à le laisser émerger.

Boite à outils/conseils :

On peut faire des méditations pour écouter ce que notre coeur nous dit. Pas besoin d’être un maitre zen, on vérifie qu’on a un peu de temps pour soi, on allume une bougie, on tamise la lumière, on prend une position confortable, on pose notre attention au dessus de notre plexus solaire, on se concentre sur notre respiration et on écoute ce qui vient. On ne cherche pas forcément à faire taire toutes nos pensées puisque c’est de là que viendront nos idées mais on essaie néanmoins de ne pas laisser la liste des courses ou la planification du week end prendre le dessus. Et on ne se met pas la pression, à partir du moment ou on pose l’intention d’avoir des réponses, elles viennent.

On peut aller dans la nature et se promener, s’asseoir auprès d’un lac ou d’un arbre et faire un petit bilan. On peut noter tout ce qui nous vient, le relire ensuite au calme et voir ce qui nous parle le plus.

On peut demander de l’aide à l’univers. Qu’il nous donne des signes sur ce qu’on pourrait faire professionnellement par exemple, si on a envie de changer. Et on écoute les réponses. Les messages qu’on reçoit, les chansons qu’on entend, les phrases sorties de leur contexte qui font tilt etc…

On peut analyser tout ce qui nous agace pour voir ce qu’on peut virer ou améliorer, que ce soit en relations ou en émotions. Moi, j’attends une réponse pour un livre depuis 6 mois et ne pas en recevoir, ça me fait douter. Alors pour éviter de douter et de me sentir mal, à chaque fois que le doute me gagne, je demande à voix haute (ou dans ma tête) à ce que ma foi soit renforcée, à ce que je garde confiance et patience. De cette manière, j’incite l’univers et mon inconscient à m’aider.

On peut aussi utiliser des pierres, bien évidemment pour cette période de nouvelle lune. 🙂

L’améthyste nous aidera à la transformation, à faire les changements nécessaires, à passer des caps.

Le quartz rose nous apportera de la douceur et du réconfort. C’est la pierre doudou par excellence.

La pierre de lune nous invitera à nous relier plus fortement à notre intuition, à nous écouter.

La cornaline nous donnera de l’ancrage et de la créativité pour résoudre des problèmes, c’est aussi une super pierre de reconstruction, et une super pierre pour relier envies/aspirations et réalité.

Le cristal de roche ou le diamant de Herkimer nous aidera à faire ressortir la lumière en nous.

L’agate mousse nous reliera à la nature, et à notre propre nature.

La sodalite nous aidera à lâcher prise et à accepter de ne pas tout contrôler.

L’oeil de faucon renforce notre confiance en nous, sans se laisser influencer par les avis des autres.

La citrine nous aidera à augmenter notre joie si on se sent bousculé et si la nostalgie prend le dessus, à rayonner depuis notre plexus solaire.

La pyrite nous aidera à structurer nos pensées et à nous concentrer.

Moi, j’utilise le quartz rose, la cornaline et la pierre de lune en ce moment.

(Bientôt, il y aura les vertus des pierres de façon plus détaillé, comment travailler avec et le lien vers ma boutique en ligne.)

Quand on est au clair avec ce qu’on souhaite pour cette période (mais sans stress, hein, on peut toujours ajuster, il n’y a aucun mal à se pas tout savoir tout de suite), on écrit une liste de voeux, d’intentions de manière positive. On peut le faire quelques heures après la pleine lune et le répéter 3 soirs de suite, et ainsi garder les quelques heures lors de la sortie de la pleine lune et avant d’écrire pour bien se relier à elle et écouter notre intuition, notre coeur pour savoir ce qu’on souhaite si on n’a pas eu le temps d’y penser avant ou si on veut vraiment vérifier que ça résonne en nous.

On peut allumer une bougie, se créer un petit cocon, ensuite on se relie à la lune. On la visualise, on imagine qu’elle se tient près de nous et nous soutient comme une maman ou une amie bienveillante. On la remercie pour l’aide qu’elle va nous apporter et nous a déjà apporté. On prend notre carnet et un crayon et faire une liste de 10 voeux maximum.

Les voeux doivent être écrit à la manière d’un voeux par phrase, de manière positive, au présent, au « je », et ne jamais parler de quelqu’un d’autre. Ils sont très efficaces au niveau des émotions, pas seulement pour obtenir quelque chose de matériel.

Exemples :

Je trouve ma vocation.

Je trouve un travail qui me correspond vraiment.

J’arrive facilement à me concentrer sur l’essentiel.

Ma joie augmente tous les jours.

Je me sens plus légère.

Je sais instinctivement ce qui est bon pour moi.

etc etc…

Si on ne sait pas exactement ce qu’on veut pour nous, on peut poser le voeu de trouver ce qui est bon pour nous, justement.

On peut relire à voix haute et surtout, ressentir à l’intérieur de nous que ça vibre, que c’est juste, que ça nous fait du bien. On ressent aussi de la joie et de la gratitude pour la réalisation des voeux et pour l’aide de la lune.

On peut garder le papier, le brûler, le mettre dans une boite dédiée à ça, se garder un carnet exprès pour les voeux afin de pouvoir les relire ensuite, bref, comme on le sent 😉

Bonne nouvelle lune et bel automne à vous.

2. Les cycles de la femme

Si vous avez lu mon article sur les cycles de la lune, vous avez pu voir que selon les phases de la lune, les énergies sont différentes et qu’il y a un temps idéal pour faire les choses : aller de l’avant, se ressourcer, réfléchir à ce qu’on souhaite etc… Pour les cycles de la femme, c’est pareil. Je vais faire comme pour les cycles de la lune, un résumé et chaque semaine, je reviendrais en détail sur chaque cycle pour que ce soit plus concret et plus facile à appliquer.

Je vais aussi beaucoup parler de projets, d’objectifs, de rêves à réaliser parce que c’est ce qui me tient à coeur, ce qui me plait, moi : apprendre, entreprendre, réaliser. Mais les projets, les objectifs, les rêves peuvent être plus de confiance en soi, d’estime de soi, de sérénité, de bien-être par exemple. A nous de décider ce que l’on veut. Et les énergies des différentes phases sont là pour nous aider. Notre cycle est notre boussole intérieure, notre guide, notre coach. Notre allié.

Le cycle de la femme est divisé en 4 phases et, selon la période de son cycle, les énergies sont différentes. D’ailleurs, certaines tribus, cultures ne parlent pas de menstruations ou de règles, mais de lunes. C’est tellement plus poétique et symbolique, non ?

Lien entre les cycles de la lune et ceux de la femme

Le cycle de la femme est divisé en 28 jours, lui-même divisé en 4 phases.

La nouvelle lune correspond aux menstruations.

La phase croissante, à la préovulation.

La pleine lune à l’ovulation.

La phase décroissante, c’est la période prémenstruelle.

Puisque un cycle entier dure 28 jours, cela fait 4 cycles de 7 jours. Mais la réalité est autre : un cycle entier peut durer 21 jours ou 25 ou 31, bref, donc il faudra diviser la durée par 4 pour savoir combien dure réellement chaque phase.

Mais d’abord, pourquoi s’intéresser aux phases du cycle de la femme ?

Parce que se reconnecter aux cycles, à nos cycles c’est se reconnecter à soi-même, à nous même. A ce qui fait notre pouvoir, notre puissance, notre richesse. Et qu’est ce qu’on a comme puissance, à l’intérieur de nous. Je dirais même que c’est la base. Tout part de l’intérieur. Tout. Notre bien-être, nos désirs, notre connexion à l’univers, tout part de l’intérieur. Mais tout est fait pour qu’on se connecte à l’extérieur. Alors oui, on peut se connecter à la nature, et c’est très bénéfique parce que nous sommes liés à la nature mais c’est à l’intérieur que ça va vibrer. Que ça va nous faire du bien.

Il faut savoir aussi que les modes de contraception peuvent dérégler nos cycles, nous en couper, comme la pilule ou le stérilet hormonal par exemple. J’ai eu un stérilet en cuivre pendant plus de 10 ans, mes règles duraient 10 jours et revenaient toutes les 3 semaines. Un enfer. J’ai opté pour une autre solution maintenant mais à chacune de trouver ce qui lui convient, je ne suis pas spécialiste de ça, et on ne peut pas dire que nous sommes vraiment aidées pour avoir une contraception naturelle…

Le cycle des femmes

La femme passe par 4 phases, donc. Miranda Gray parle de phases contemplative, dynamique, expressive et créative. D’autres parlent d’archétypes : Sorcière ou vieille femme, jeune fille ou vierge, mère ou Déesse, et enchanteresse ou femme sauvage. Moi, j’aime relier aux saisons. Peu importe les noms, nous pouvons même nous en inventer si ça nous chante. Voici un récapitulatif :

Connaitre ces phases, ces cycles, les écouter, et les suivre nous permet d’être au top de nos capacités, en plus de nous permettre d’être connectés à nous-même. Tout comme pour les cycles de la lune, il y a un temps pour tout. Bon, devinez quel est le temps pour se reposer, se ressourcer ? Le moment où l’on est le plus fatigué ?

1 ère phase

Les règles, oui. Les règles, c’est notre hiver à nous. Notre hiver intérieur. La nouvelle lune. La phase contemplative, archétype Sorcière ou vieille femme.

Si je n’étais pas trop au courant des cycles femme/lune avant quelques mois, j’ai toujours été sensible aux rythmes des saisons, et à leurs influences sur moi. J’ai la chance de vivre à la montagne et à la montagne, on les sent bien passer les saisons. Par exemple, travailler l’hiver est difficile pour moi (bon, je travaille à l’extérieur en même temps, sur les marchés donc c’est peut-être un peu normal) . Mais quand même, sortir, affronter le monde extérieur, c’est presque une corvée. L’hiver, je veux qu’on me foute la paix et hiberner. Bien sûr, ce n’est pas aussi simple et je ne peux pas rester cloitrée chez moi toute la saison d’hiver (surtout qu’elle est longue quand on habite à 1200 mètres d’altitude) (et il y a le snowboard aussi) (ouais, et il faut bien travailler) mais l’idée est là. Quand j’ai mes règles, donc, pareil, j’ai juste envie de me reposer, de me ressourcer et qu’on me foute la paix. Je n’ai pas envie de courir à droite et à gauche, je n’ai pas envie lancer des projets, j’ai juste envie d’être tranquille, juste envie de douceur, de faire le point sur où j’en suis dans ma vie, de réfléchir à la suite. Mais pas trop non plus, j’ai surtout envie de me vider l’esprit et de m’écouter. Ecouter ce qu’il se passe à l’intérieur de moi, si je suis toujours ok avec mes objectifs, mes valeurs premières, si je suis ok avec ce qui est essentiel pour moi, de voir ce qui me gène encore par rapport à mes émotions, les comportements que je peux changer pour avoir encore plus de bien-être, de sérénité dans ma vie.

Donc voilà à quoi correspond la période de nos règles, notre hiver, notre nouvelle lune : Retour sur soi, repos, lâcher prise, douceur, réflexion. Bienveillance. Positivité. Voeux. intentions.

On prend du temps pour soi, pour se reposer, se ressourcer. On se fait du bien. On clôt ce qu’on peut clore, on fait le deuil des situations passées, on lâche ce qui ne nous convient plus. On continue à faire du tri pour que le neuf puisse arriver. Pour qu’il ait de la place. C’est vraiment la période idéale pour ça alors ce sera plus facile à ce moment-là qu’à d’autres, d’où l’avantage de connaitre les cycles et de les suivre. A l’image de la terre, des plantes qui meurent pour repartir de plus belle ensuite, des arbres qui perdent leurs feuilles pour qu’en poussent des nouvelles au printemps, on regarde ce qu’il se passe à l’intérieur de nous et ce qui peut émerger après. On ne se presse pas, on s’écoute pour voir ce qu’on peut changer, ce qu’on veut réaliser, notre intuition et nos ressentis sont particulièrement puissants. Mais surtout, on se repose, on se ressource.

On peut sentir le passage de la première à la deuxième phase en s’écoutant et en remarquant qu’on a envie de se tourner vers l’extérieur, de sortir, de voir du monde, de faire du sport, de réaliser des choses concrètes, qu’on a moins besoin de repos, qu’on a envie d’exprimer qui on est, etc…

2ème phase

Le printemps, la phase croissante de la lune, la phase dynamique, archétype jeune fille ou vierge, c’est la pré-ovulation. Notre corps se prépare à, peut-être, concevoir. Puisqu’il a eu l’hiver pour se reposer, les règles pour éliminer ce qui n’a plus de raison d’être, il peut préparer tranquillement un oeuf à féconder. Cet oeuf, ce sera peut-être un bébé. Ou un projet. Plusieurs, même. Ou juste un but. Dans tous les cas, c’est le moment de préparer nos projets, ceux que notre intuition nous ont peut-être soufflé pendant la période de règles. Tout est possible. On s’est bien reposé, on a déblayé le terrain, notre terre est fertile, les fleurs peuvent pousser, les graines commencer à germer et sortir du sol. Nos intentions sont puissantes. L’énergie est là, on aligne pensées/émotions/objectifs en restant positif. Notre énergie est d’ailleurs plus yang, plus masculine. On sort de son cocon et si on a laissé des choses en suspens pendant la période précédente parce qu’on avait besoin de repos, on rattrape le retard, c’est idéal, notre énergie est élevée.

Pendant cette période de lune croissante, de printemps, notre concentration est meilleure. On prépare, on planifie (on peut s’aider d’agenda, de bullet journal), on lance les projets, on peut réaliser des changements facilement pour atteindre nos nouveaux objectifs. Nous pouvons être moins dans l’intuition et plus dans l’action mais ça ne veut pas dire que nous ne sommes pas centrés sur ce que nous voulons, au contraire puisqu’il est important d’être bien aligné sur nos désirs, nos rêves. Il est bien de pratiquer la visualisation positive, de répéter des affirmations positives, de renforcer la confiance en soi, l’estime de soi. Si nous avons des buts, des idéaux à atteindre, le fait de mettre en place des actions va renforcer ces sentiments justement. C’est bien aussi de renforcer son ancrage à la terre, de faire des méditations, des exercices en ce sens (il y aura un article sur l’ancrage et la reliance terre/ciel prochainement sur mon blog dans la section bien-être et quand je reviendrais plus en détail sur cette période de la lune, je conseillerai des pierres à porter).

Donc la pré-ovulation, en résumé : préparation des projets, mise en place de plans, d’objectifs, et lancement de tout ça. Renforcement de la confiance en soi, de l’estime de soi, ancrage, visualisations positives. On est toujours centré sur soi avec l’envie d’exprimer qui on est.

On peut sentir qu’on passe de la deuxième à la troisième phase parce qu’on a envie de partage, de relations sincères dans l’échange, de prendre soin des autres, du monde contrairement à la phase de lune croissante où on pense surtout à soi, à nos objectifs et à nos rêves. Là, nous sommes plus dans une période de « cercle », de partenariat, et si on a un projet professionnel, c’est le moment de l’ajuster pour voir s’il répond à des besoins plus grands, des besoins venant des autres et du monde. On ajustera donc, le cas échéant.

3ème phase

L’été. La pleine lune, la phase expressive, l’ovulation. Archétype mère ou Déesse.

Si on veut un bébé, c’est le moment 😉 Pour nos projets, c’est pareil surtout en début de phase, c’est la continuité de celle d’avant : on a lancé nos projets, ou on s’est fixé des objectifs, la communication est notre fort, nous sommes sûres de nous, et nous avons toujours l’élan pour déplacer des montagnes (en début de phase surtout). Tout est toujours facilité et c’est le moment de nouer des partenariats, d’oser faire des choses nouvelles, demander de l’aide si jamais, écouter l’avis des autres sans se vexer, ajuster nos plans sans qu’on ne remette tout en question ou qu’on se bloque si des choses prennent plus de temps que prévu. On sent qu’on veut élargir nos projets en prenant en compte le monde et les besoins des autres. Notre féminité est à son comble. Nous avons conscience de notre valeur, et on peut renforcer d’autant plus (oui, encore) notre confiance en nous et notre estime.

C’est la période de la récolte et également la période idéale pour la gratitude. Prendre conscience de ce que l’on a, de qui l’on est et remercier les autres, la vie (il y aura aussi un article sur le pouvoir de la gratitude dans la section bien-être). C’est une période où on peut se sentir plus légère, plus optimiste encore. D’ailleurs, il faut faire attention à ne pas prendre trop d’engagement sans être certain de pouvoir les tenir, ou trop se surcharger de travail parce que l’énergie va bientôt redescendre. Là, on agit et on célèbre. Tout comme l’été où on aime faire des soirées, des barbecues, c’est pareil on échange, on rit, on profite et on avance toujours.

On sent qu’on passe à la phase 4 car l’énergie redescend. On revient dans l’introspection, avec toujours l’envie de créer mais on sent que l’énergie n’est plus la même, qu’il va falloir passer par des étapes pour le faire et cela peut créer des frustrations.

4ème phase

L’automne. La phase décroissante de la lune, la phase créative selon Miranda Gray, l’archétype Enchanteresse ou femme sauvage. La période pré-menstruelle.

Notre énergie baisse. Nous sommes encore tournée vers le monde extérieur mais de moins en moins, le besoin d’introspection se fait ressentir. Cela peut créer des frustrations. On remet en question des choses, on peut douter, on a envie de créer mais nous sommes moins enclins à le faire ; c’est donc le moment de préparer le tri, actions et émotions. Notre intuition est toujours là, elle va nous souffler ce dont nous avons besoin. Si on fait de la méditation, les résultats seront optimaux. Si on a besoin de réponses, c’est le moment de s’écouter et de faire attention à nos rêves nocturnes ou aux signes que nous envoie l’univers (à condition que l’on y croie). On peut noter tout ce qui nous vient, on s’en servira plus tard pour nos futurs projets ou objectifs.

C’est le moment aussi de guérir le passé, de comprendre nos peurs, nos doutes. On ressent beaucoup d’émotions. C’est la période la plus éprouvante de notre cycle d’où la frustration, la colère, l’envie de pleurer etc, donc le moment idéal pour prendre conscience de ce qu’on peut changer, améliorer plus tard, guérir. Prendre conscience que cette période est la plus difficile va nous aider à l’accepter et à la vivre. Nous serons plus bienveillant envers nous-même si on le sait. Nous devons d’ailleurs redoubler de bienveillance, et ne pas oublier tout ce qu’on a accompli, profiter encore, rester dans la gratitude, s’aimer. Si on suit ça, si on s’écoute, si on n’oublie pas nos rêves, nos objectifs, si on prend conscience de ce qu’on peut changer, on sera paré pour les autres périodes.

Chaque période est importante. Si on vit chaque période en harmonie avec les énergies, nous serons plus connecté à nous-mêmes, nous créerons plus de bien-être, plus de sérénité, nous réaliserons plus facilement nos projets et nos rêves.

Personnellement, en apprenant les cycles de la lune, de la femme, en apprenant le lien avec les saisons, je sais que ça a beaucoup résonné en moi puisque j’ai toujours été très réceptive aux saisons. Et si je devais résumer en très court, jusque là, je fonctionnais comme ça (maintenant, il y a la maladie de lyme qui ajoute du piquant à tout ça ) :

Hiver : besoin de repos, envie d’introspection, de douceur.

Printemps : je ressortais de ma coquille, je commençais à aller vers les autres, je reprenais doucement le rythme des marchés.

Eté : A fond sur les marchés pour vendre mes pierres, les sorties, les amis, avec l’envie de partage, de convivialité. Je me levais tôt, me couchais tard, je n’avais aucun problème avec ça, ça me plaisait. Je pouvais même faire jusqu’à 10 marchés/semaine (marchés du matin et du soir).

Automne : mon rythme de travail baissait, j’étais contente de ma saison d’été, mais je ressentais le besoin de me reposer mais en même temps, je remettais tout en question. Est-ce que mon travail me convenait toujours ? Est ce que je devais/pouvais améliorer des choses, changer des choses ? Etais-je toujours alignée ? Bref, une période toujours difficile.

Maintenant, savoir que ce rythme des saisons est en fait en moi chaque mois me donne des clefs de compréhension nouvelle et je m’en sers pour réaliser mes projets.

Alors évidemment, ce n’est pas facile de suivre à la lettre les différentes phases comme se reposer en période de règles par exemple, surtout quand on travaille pour quelqu’un. Mais je pense qu’on peut ajuster au maximum : déléguer, repousser ce qui n’est pas urgent, s’accorder plus de moments de pause, des massages, des bains, faire garder plus les enfants etc. A nous de trouver ce qu’on peut faire si on ressent le besoin de vivre nos cycles pleinement.

Je lis actuellement « la tente rouge » d’Anita Diamant et dans le roman, pendant les règles (ce qui se fait d’ailleurs dans certaines cultures ou tribus comme les Amérindiens avec la moonlodge ) les femmes se réunissent et prennent soin d’elles. Elles se reposent, se ressourcent, mangent des gâteaux au miel, boivent des infusions etc. Moi, je dis : mais c’est trop bien !

Je veux une moon lodge pour vivre mes règles tranquillement ! 🙂

Voilà le premier article sur les cycles de la femme en lien avec la lune et la nature. Je reviendrais sur chaque cycle plus précisément, il y a encore beaucoup à dire et je vous conseillerai des pierres, elles aident beaucoup ainsi que des petits rituels ou exercices.

Et comme je l’ai dit au départ, je parle beaucoup de projets, d’objectifs, de rêves à réaliser parce que c’est vraiment quelque chose qui me tient à coeur de partager. Mes livres parlent beaucoup de ça aussi. Ce sont des messages importants pour moi, d’où ce blog d’ailleurs. Mais un projet, un rêve, cela peut être aussi plus de sérénité, moins de peurs et de doutes, plus de confiance, plus de joie. Et connaitre les cycles de la lune, nos cycles peut nous aider à atteindre ce qu’on souhaite.

A la semaine prochaine. En attendant :