2. Comment choisir ses pierres ? (et l’importance du ressenti)

Il y a plusieurs façons de choisir ses pierres. Je vous les donne par ordre de préférence (et d’efficacité) :

# Choisir par attirance ou intuition.

L’homme est le mieux placé pour savoir ce qui est bon pour lui. Il arrive que des personnes veulent une pierre parce que la copine, la tante, ou le dernier magazine à la mode a vanté les mérites de telle pierre et ses effets. J’en déjà pris cet exemple dans mon article sur la lithothérapie et pourquoi utiliser les pierres, mais je tiens à le re préciser ici parce que c’est important.

Chaque personne est différente, l’effet de la pierre sur la personne le sera aussi. Alors plutôt que vouloir absolument suivre les effets d’une mode ou les conseils, aussi avisé soit-il, de quelqu’un, mieux vaut se fier à vous-même.

Vous êtes votre meilleur guide.

Maintenant que ceci est dit, parlons de l’attirance :

L’attirance est le fait de trouver quelque chose de différent, de beau, d’attractif à une pierre, sans forcément pouvoir expliquer pourquoi. A ce stade, pas besoin d’explication rationnelle : la pierre vous plait, vous intrigue, c’est très bien, prenez là. Dans le métier de lithothérapeute, on a l’habitude de dire qu’en réalité, on ne choisit pas la pierre, c’est la pierre qui le choisit. Généralement, c’est très juste. Il faut donc se fier à cette attirance. On peut être attirée par sa forme, sa couleur, ce qu’elle dégage, même si ce n’est pas visible. Et ce n’est pas forcément notre couleur préférée qui va nous attirer. Combien de fois ai-je entendu : « c’est étrange, je n’aime pas spécialement le vert, mais ce vert-là a quelque chose, je ne saurais dire quoi, je le trouve très beau ». Il ne faut donc pas chercher à comprendre, vous êtes dans votre vérité.

L’intuition est le sentiment de connaissance exacte, de vérité, sans recours à l’expérience ou au raisonnement. Nous sommes persuadés que telle chose est bonne pour nous. Là, nous sommes persuadés que cette pierre est faite pour nous, comme une petite voix qui nous le souffle, un sixième sens qui nous murmure que oui, en effet, c’est cette pierre qu’il nous faut. Et donc, oui, en effet, c’est cette pierre qu’il nous faut. L’intuition est vraiment un guide intérieur, le meilleur pour nous. Donc si votre intuition vous dirige vers une pierre, achetez là sans hésiter, même si les vertus ne correspondent pas forcément à ce que vous cherchez. Par exemple, on peut avoir mal à un certain endroit et notre intuition nous envoie vers une pierre qui soigne un autre. C’est juste parce qu’il y a un lien entre les deux, que la cause de votre douleur se situe ici, justement.

Le ressenti est le fait d’éprouver une sensation, un état physique, et en être éprouvé de manière agréable ou pénible. Le ressenti peut être assimilé à l’intuition, sauf que l’intuition est mentale, c’est notre esprit qui nous souffle quelque chose. Le ressenti est physique : on ressent dans notre corps. Une fois que vous avez choisi une pierre par attirance ou intuition (ou même encore par rapport à ses propriétés si c’est vraiment ce que vous préférez) prenez la dans la main. Généralement, la main gauche chez la femme est la plus sensible tandis que chez les hommes c’est la droite (mais ceci peut aussi être à vérifier). Prenez la pierre en main, posez la au creux de votre paume, fermez légèrement les doigts, sans la compresser, et attendez. Le mieux est de fermer les yeux afin de mieux ressentir, de se tenir bien droit, les pieds ancrés dans le sol, et ensuite il suffit de se concentrer sur votre corps. La pierre peut se faire sentir au premier abord par une sensation de picotement, de fourmillement ou de chaleur. Quelque fois, cette sensation remonte le long du bras. Cela peut être très intense, presque désagréable. Pas de panique, la pierre vous montre qu’elle va agir pour vous, sur vous. Vous pouvez aussi vous sentir flotter, pencher en avant ou en arrière, tanguer d’un côté ou d’un autre. Vous pouvez aussi ressentir de la joie, de la peine, une envie de pleurer, l’évidence que la pierre veut vous « parler ». Ecoutez-là. Elle est là pour vous, pour votre bien-être. Elle peut aussi chauffer ou refroidir certaines parties de votre corps, faire bouger des endroits endormis. Cette liste n’est pas exhaustive, la pierre peut se manifester de manière bien différente selon les personnes qui les testent. Et surtout, surtout, si vous ne ressentez rien, pas de souci, ce n’est pas grave, énormément de gens ne savent pas écouter leur ressenti parce qu’ils ne sont pas habitués à l’utiliser. Cela s’apprend, avec de la pratique et de la patience. L’indulgence et la bienveillance envers vous est très importante, si vous souhaitez développer votre ressenti, vous y parviendrez.

Cette première approche de ressenti est importante. Vous n’êtes pas obligé de la faire tout de suite, devant le vendeur de minéraux, mais elle correspond à une porte d’entrée, une volonté de votre part de vous ouvrir à la pierre et à ses bienfaits, et les résultats n’en seront que plus rapides.

Plus on accueille la pierre, plus on la ressent, plus elle agira pour nous.

Il est important de savoir que si vous vous fiez à votre attirance, votre intuition ou votre ressenti, vous avez peu de chance de vous tromper et de porter une pierre qui ne vous apportera rien, ou pire, provoquera une sensation de malaise. Les pierres sont toutes bonnes, il n’y a pas de « mauvaise » pierre, mais elles ne sont pas forcément adaptées à toutes les personnes au même moment. Tout dépend de ce que vous avez besoin, et là où vous en êtes dans votre évolution. Une pierre ne peut pas vous faire réellement de mal mais elle peut vous angoisser, provoquer une douleur si elle n’est pas faite pour vous, d’où l’importance de se fier à votre jugement pour la choisir de la bonne façon.

Je porte souvent les mêmes pierres, mais ça ne m’empêche pas, le matin, avant de les porter, de les ressentir. Je prends dans ma main les bracelets et bagues que je souhaite porter, je ferme les yeux et je me concentre sur mon corps. Si je sens mon corps se stresser un peu, je teste avec d’autres pierres ou j’en enlève. Si je sens que c’est de la joie qui m’envahit, que je me sens plus « droite », plus ancrée, ou souvent aussi l’envie de lever les bras au ciel en signe de victoire, c’est bon, je sais que les pierres sont les bonnes.

N’hésitez pas à ressentir les pierres régulièrement pour vous approprier votre ressenti et faites le même si vous savez que la pierre vous convient bien. L’énergie – votre énergie et celles des pierres – changent vite, fluctue, donc ça ne peut être que bénéfique.

Et vous pouvez le faire pour tout. Je le fais pour les produits cosmétiques, pour les compléments alimentaires etc… Je suis tellement habituée à le faire que je n’ai qu’à prendre le produit dans la main et je sens si ma main chauffe ou non (quand ma main chauffe, je sais que c’est bon pour moi).

On peut essayer aussi avec la kinésiologie. On prend la pierre, on la garde dans la main ou on la pose contre son coeur, on tend le bras et une personne appuie sur votre bras pour savoir si elle vous donne de la force ou non. Si votre bras ne bouge pas, c’est ok. Sinon, ce n’est pas nécessaire. Il faut déjà le faire avec rien dans la main pour tester votre force et ainsi pouvoir constater la différence. On peut aussi le faire en joignant le pouce et l’index de sorte à former un cercle. Si la personne peut écarter nos doigts, ce n’est pas une pierre qui nous donnera de la force, si on ne peut pas les écarter, c’est ok ! (c’est la méthode que j’utilise sur mon stand quand les gens n’arrivent vraiment pas à se décider entre plusieurs pierres et c’est épatant).

# Choisir sur les conseils d’une personne dont c’est le métier ou d’un livre.

Personne compétente : On peut choisir les pierres en fonction de leurs propriétés soit par le biais d’un professionnel, soit à l’aide de livres. Il faut savoir qu’un professionnel est un être passionné par les minéraux, par l’évolution de l’être humain, par le bien-être des autres, et est motivé par un profond désir d’aider son prochain. Ce sera donc une personne empathique et altruiste. Si vous choisissez une pierre pour ses vertus, cela ne vous empêche pas de la tester pour voir si vous la ressentez. Par contre, il est important que la pierre vous plaise. J’insiste vraiment là-dessus, c’est une des bases pour choisir une pierre. Ne vous fiez pas au conseil de quelqu’un qui prétend que c’est absolument cette pierre qu’il vous faut alors que, intérieurement, vous ne l’aimez pas, ou qu’elle aurait même tendance à vous repousser. Elle ne vous apportera rien. D’ailleurs, personne ne sait mieux que vous ce qui est bon pour vous, tout professionnel soit il. N’oubliez jamais ça : vous avez en vous toutes les réponses, vous n’avez peut-être juste pas assez appris à les écouter…

Les livres : Ce sont des mines d’informations, très utiles et écrits par des professionnels, toutes les propriétés des pierres seront donc rassemblées. Cependant, n’oubliez pas que les pierres agissent différemment selon les personnes et que les pierres ont généralement une fonction principale.

Le mois de naissance : On peut choisir aussi une pierre selon son mois de naissance. La pierre correspondra ainsi un point d’ancrage, et les vertus de la pierre seront donc à prendre en compte comme un défi à réaliser. Si votre pierre parle de confiance en soi par exemple, voyez si cela est anodin ou non, ou si, justement, cela est un point faible chez vous.

Liste des pierres selon le mois de naissance :

Janvier : Grenat.

Février : Améthyste.

Mars : Aigue-Marine.

Avril : Diamant.

Mai : Emeraude.

Juin : Pierre de Lune.

Juillet : Rubis.

Aout : Péridot.

Septembre : Saphir.

Octobre : Opale.

Novembre : Citrine.

Décembre : Topaze.

Offrir une pierre de naissance pour un anniversaire est une bonne idée, généralement très appréciée. On peut offrir aussi une pierre de naissance à un nouveau-né, à poser dans sa chambre, comme talisman de protection.

# Choisir en fonction des chakras

A découvrir la semaine prochaine dans le prochain article sur la lithothérapie !

J’espère que mon article vous a aidé. N’hésitez pas à commenter, partager, et si vous avez des questions, vous pouvez les poser ici ou sur Facebook et Instagram.

Lave-glace voiture maison #DIY

Ma fille m’a offert un livre très complet pour la fabrication de produits ménagers, cosmétiques etc… maison. Il s’agit du livre de Régine Quéva dont voici la couverture.

J’ai testé le lave glace pour la voiture, il est super facile à faire et très efficace.

Voici la recette :

  • De l’eau
  • 1 cuillère à soupe d’alcool à brûler
  • 1 trait de liquide vaisselle

On remplit une bouteille et voilà.

C’est tout simple, pas cher et avec des ingrédients que l’on a chez soi. Evidemment, mettre du produit vaisselle fait maison est préférable. Moi, il me restait un peu de produit vaisselle industriel, je l’ai utilisé mais la prochaine fois, je testerai avec du produit vaisselle maison. (Et si je réussis, je mettrais la recette) 🙂

Bonne semaine !

1. Les cycles de la lune

On trouve généralement des informations sur les cycles de la lune pour le jardin, les marées, mais je trouve qu’il y a très peu d’informations sur les cycles de la lune en lien avec les projets ou la vie en général, ainsi qu’avec les cycles de la femme (Il faut dire que je n’avais jamais trop cherché, non plus). Enfin, ça change, il y a de plus en plus de femmes qui s’intéressent aux cycles de la femme et d’entrepreneuses aux cycles de la lune pour les projets, ou la vie de tout les jours. Et c’est chouette parce que c’est passionnant, très instructif et surtout, ça aussi peut faire partie du développement personnel, de suivre les cycles de la lune (et nos propres cycles) 🙂

Je m’y intéresse, donc. Depuis quelques mois. Avant, je savais que j’allais faire une insomnie en pleine lune, je savais qu’on pouvait se couper les cheveux à une période donnée pour qu’ils poussent plus vite, et je savais qu’on plantait en fonction de la lune mais… c’était à peu près tout. Quelle a été ma surprise de découvrir tant de choses sur les cycles de la lune. De découvrir qu’il y avait un période propice pour penser à ses projets, une autre pour les lancer, une autre pour travailler sur soi etc... Et surtout, de remarquer la pertinence de tout ça ! C’est fascinant.

Je vais donc vous parler des cycles de la lune dans cet article, de manière résumée. Vendredi prochain, je vous expliquerai les cycles de la femme. Ensuite, chaque semaine, je vous donnerai des précisions sur chaque phase, je vous parlerai de ce qu’on peut faire, à quel moment, les bénéfices, les pierres à porter, des petits rituels à faire etc… Je crois bien que ça va être passionnant 😉

Mais tout d’abord, pourquoi s’intéresser aux phases de la lune ?

Parce que connaitre les phases, plus précisément les énergies liées à ces phases peut grandement nous simplifier la vie. Si on lance un projet alors que les énergies sont plutôt à tendance introspection, repos, on va devoir batailler deux fois plus pour y arriver. Si on se repose alors que l’énergie est à son comble, on va se sentir frustré, avec l’envie de faire quelque chose mais sans réellement savoir quoi. (ça, je l’ai vécu juste avant de lancer ce blog. Je voulais le lancer mais je n’étais tout à fait prête. C’est à dire que je tenais à écrire mes articles pour un mois à l’avance, de tout planifier nikel avant de lancer le blog, de ne laisser aucune place à l’imprévu ou au tâtonnement. Et en vérifiant, j’ai remarqué qu’en effet, c’était le moment de lancer, c’est la raison pour laquelle je le sentais intérieurement, que ça bouillonnait en moi mais je pensais que c’était trop tôt). Et finalement, tout se passe très bien 😉

Alors bien sûr, il y a des personnes qui réussissent sans suivre les cycles de la lune mais franchement, c’est vraiment un plus.

C’est vraiment un plus d’être en harmonie avec les énergies de la Terre et de la lune.

Et surtout, on va gagner en efficacité, en vitalité, et on sera beaucoup performant et alignés.

Voici les cycles de la lune :

Donc une lunaison dure 29 jours et demi environ ( de la nouvelle lune à une autre nouvelle lune).

La nouvelle lune, la phase (lune) croissante, la pleine lune et la phase (lune) décroissante. A chaque phase, il y a une énergie différente. Et chaque phase est encore découpée : premier quartier, demi-quartier etc… Comme on le sait pour le jardinage, il y a un temps pour semer certaines choses, d’autres pour laisser tranquille, encore d’autres pour désherber etc etc. C’est pareil pour nous, donc. Il va y avoir des phases où l’on sera plus productifs, d’autres plus dans l’intériorisation, d’autres où ce sera le moment de faire des bilans, d’autres où lancer nos projets.

Les 4 phases de la lune correspondent aux saisons, voici les correspondances (oui, j’aime bien imager).

J’ai lu dans un livre que lune montante = lune croissante, et lune décroissante = lune descendante, mais c’est faux. On parle de lune croissante entre la nouvelle lune et la pleine lune par exemple, mais la lune montante ou descendante correspond à sa position dans le ciel, à sa trajectoire, elle est haute : elle est montante, elle est basse : elle est descendante. Donc, ce n’est pas la même chose et ça change tous les 13 jours environ. Le mieux, c’est d’avoir un calendrier lunaire pour savoir où elle est exactement. Sinon, il faut l’observer tous les soirs à partir d’un point fixe pour déterminer sa position.

Il y a aussi la lune rousse, les éclipses, les noeuds lunaires, la lune en fonction du signe astrologique dans laquelle elle se trouve, des planètes. Il y a les saisons, évidemment, et aussi les jours de la semaine.

Ca fait un sacré binze tout ça au début, quand on y connait pas grand chose. C’est la raison pour laquelle je simplifie au maximum ce premier article, afin que vous puissiez retenir les informations essentielles et ensuite, au fil des semaines, je donnerai des précisions. Tout deviendra plus clair. (Parce que moi au départ, j’ai peiné pour tout mettre au clair dans ma tête). Si le sujet vous passionne, n’hésitez pas à vous trouver un calendrier lunaire pour débuter, ça aide vraiment bien pour savoir exactement où se trouve la lune, si elle est montante, s’il y a une éclipse etc.

Au départ, pour comprendre les cycles de la lune, j’ai acheté 4 livres : La lunologie de Yasmin Boland. Gardienne de la lune de Stéphanie Lafranque. La femme optimale de Miranda Gray. Carnet de Lune de Karine Bégic. + le petit calendrier lunaire de Philippe Chavanne. (oui, bon ça fait 5). Et j’ai fait aussi pas mal de recherches sur le net.

En vérité, tous ces livres supers intéressants mais il m’a manqué un tableau clair, comme celui que je vous livre ici 😉 Il y a un livre qui est très succint (mais pratique pour une première approche car les cycles ont un résumé) mais qui associe lune croissante/lune montante. Ah, et je me suis aussi fait un calendrier lunaire circulaire que je montrerai peut-être un jour ou l’autre sur Instagram (inspire_et_crois_en_toi).

Mais avant, petite précision :

La nouvelle lune est positionnée exactement entre le soleil et la terre, on ne la voit pas dans le ciel la nuit, mais on peut la voir la journée.

La lune croissante, le croissant forme un C inversé (on dit que la lune « ment » pour se souvenir).

La pleine lune, la lune est bien ronde et bien lumineuse.

La lune décroissante, elle forme un C.

Voici donc mon tableau. Comme je vous l’ai dit, il est un résumé pour donner un fil directeur, il y a plusieurs phases dans la lune croissante et décroissante. J’y reviendrai avec plus de précisions semaine par semaine.

La nouvelle lune correspond à la saison hiver et à l’élément air. A la nouvelle lune, c’est la fin d’un cycle. on fait table rase, tout est possible pour la suite. On reprend des forces avant de repartir. Mais on ne reprend pas des force en ne faisant rien du tout, on pense à nos projets, à nos souhaits, à ce qui est essentiel pour nous, à nos valeurs. On lâche ce qui ne nous convient plus pour se concentrer sur ce qui a de l’importance, sur nos intentions pour la suite. C’est une période importante où on doit rester positif. On écrit nos voeux (de manière positive, toujours, donc pas de « je ne veux plus m’emmerder au travail » mais « je trouve un travail épanouissant »). Et on y pense, on les visualise, on les ressent, on y ajoute des émotions joyeuses, comme si tout était déjà arrivé.

La lune croissante, donc phase croissante correspond à l’imagination, la création, et l’action. L’énergie remonte. On peut lancer nos projets, nouer des relations, on favorise les partenariats. Il est possible qu’il y ait une période de doute alors on ajuste nos intentions et projets et on avance. Si on a tout bien préparé, on ne recule pas. On peut aussi écrire des voeux d’abondance. (J’y reviendrais plus en détails quand ce sera le moment). On prend aussi soin de son corps, marche, sport etc…

La pleine lune correspond à une période de connexion avec soi-même, de puissance, de gratitude. Si on a eu ou qu’on sent des blocages par rapport à nos projets ou encore à d’autres choses, c’est le moment de les lâcher. On pardonne, aussi. (là aussi, j’y reviendrais). On transforme les émotions négatives, bref, positives vibrations pour lâcher tout ce qui nous pèse et nous empêche d’avancer sereinement. C’est la période idéale, ce sera plus facile. On remercie pour ce qu’on a, on remercie la Terre, le Ciel (et la lune ;-)). On honore la terre et la lune, nos ancètres, tous ceux qui oeuvrent pour élever les vibrations de la terre.

La lune décroissante, donc phase décroissante, l’énergie redescend. On fait un bilan de ce qu’il s’est passé depuis la nouvelle lune, on regarde le chemin parcouru, on analyse et on ajuste. On garde confiance, les ajustements sont normaux. C’est aussi une période pour se reposer, pour lâcher prise, pour apprécier ce qu’on a fait et ce qu’on a obtenu. On redouble d’amour pour nous. C’est la période des récoltes, aussi.

Voilà l’essentiel. J’espère que mon tableau récapitulatif vous aura aidé. Et suivez-moi sur facebook ou Instagram, chaque semaine, je reviendrais sur le cycle de la lune en donnant plus d’explications, en vous proposant des rituels, des pierres à porter, etc…

Et n’hésitez pas à commenter et partager ! 😉

La semaine prochaine, je vais parler des cycles féminins. En attendant :

Quoi ?! Travailler sur moi ? Mais je travaille déjà bien assez comme ça ! ;-)

(Cet article reprend des éléments de « ma vision du développement personnel » dans la section « Qui suis-je ? »).

Le développement personnel désigne un ensemble de méthodes, d’outils pour améliorer notre vie. Le développement personnel porte bien son nom : il nous aide à aller vers ce que nous souhaitons, à nous « développer personnellement ». A atteindre des objectifs, à agir sur nos pensées, à rester stable dans nos émotions, à passer des obstacles, à se sentir mieux, à se sentir bien, à s’épanouir, à s’accomplir.

Je vois quelquefois passer des posts sur les réseaux sociaux de gens qui ont une aversion pour le développement personnel. Ou qui accusent certains leaders en développement personnel de surfer sur un marché en évolution pour se faire de l’argent. C’est vrai que c’est « à la mode », c’est vrai qu’on peut lire un peu de tout (et de n’importe quoi), j’ai dévoré des livres et des livres de développement personnel depuis mon adolescence, sans forcément réussir à les intégrer dans ma vie, donc je peux comprendre le scepticisme de certains. Mais ce n’est pas parce que c’est « à la mode » qu’on doit forcément le détester. Ce n’est pas parce que c’est « à la mode » que ça ne vaut rien. Et puis, si c’est « à la mode », c’est sûrement parce qu’il y a une forte demande.

Je crois que de plus en plus de gens sont en quête de sens. En quête d’une vie meilleure, plus alignée avec leurs valeurs profondes. D’ailleurs, je ne le « crois » pas seulement, je l’ai remarqué autour de moi. Sauf que quand on est éduqué à reproduire les schémas parentaux/sociétaux/moraux, de « tu travailles bien à l’école pour apprendre un métier que tu feras toute ta vie et tu fonderas une famille » (oui, oui je simplifie et je fais de l’ironie) eh bien ce n’est pas facile de faire le choix de changer pour vivre une vie qui nous inspire réellement. Surtout que personne ne nous a donné les clefs, parce que beaucoup de monde travaille pour tout juste joindre les deux bouts et n’a même plus le temps de réfléchir à ce qu’il souhaite vraiment pour sa vie. Beaucoup de personnes sont heureuses ainsi et c’est très bien, mais certaines veulent autre chose. (Et c’est très bien aussi). Alors j’en viens au but de cet article :

Pour améliorer certains aspects de sa vie. Pour surmonter un évènement négatif, traumatisant. Pour atteindre des objectifs. Gagner plus d’argent. Se sentir plus léger. Plus confiant. Pour se connaitre mieux. Pour apprendre. Pour partager ensuite ce qu’on apprend. Pour donner du sens à ce que l’on fait, du sens à sa vie. Pour gérer son stress. Pour changer sa vision des choses. Pour réaliser ses rêves. Et j’en passe…

… Parce qu’en réalité, la liste est très longue. Mais il faut bien retenir que si on ne travaille pas sur soi, si on ne cherche pas à apprendre de nouvelles choses, c’est plus difficile de changer. Parce qu’on n’apprend pas ça à l’école, à réaliser ses rêves, à vivre la vie qui nous fait vraiment vibrer, kiffer. Et travailler sur soi n’est pas une obligation, c’est un choix.

J’ai entendu pas mal de leaders dire qu’investir sur soi est le meilleur investissement que l’on peut faire. Et c’est vrai. Parce que, forcément, si nous avons le désir d’avancer, donc d’apprendre sérieusement des méthodes, des astuces, de changer ses pensées et son regard pour améliorer sa vie, nous réussirons. Et nous serons plus à même de vivre la vie dont l’on rêve.

Le vouloir, tout d’abord. Le vouloir vraiment. Il faut en faire sa priorité première. Que le désir soit très fort. Il faut de l’ouverture d’esprit. Être prêt à s’engager sérieusement, à changer notre vision des choses. D’être prêt à s’adapter. D’être prêt à se remettre en question. Lorsqu’on travaille sur soi, il faut être honnête avec soi-même, ne pas avoir peur de déceler nos parts d’ombres, tout ce qu’on se cache, les mensonges qu’on se répète, les fausses excuses qu’on se trouve pour ne pas changer. Il faut être prêt à y consacrer du temps, de l’attention, de l’énergie et, quelquefois, de l’argent. Il ne faut pas avoir peur de galérer un peu, aussi. Parce qu’on ne change pas des années de conditionnements ou d’habitudes en deux jours…

Il faut de l’amour et de la bienveillance. Beaucoup de bienveillance envers soi. Du lâcher prise et de la patience. Il faut surtout garder à l’esprit pour quoi on le fait. Quelle est la (ou les) raison qui nous ont amené à vouloir travailler sur nous. Il faut être d’accord pour se faire épauler, si besoin. Parce que dans tous les cas, l’effort en vaut la chandelle (oui, je sais, ce n’est pas la bonne expression 🙂 )

La première fois où j’ai pris la décision de travailler sur moi (sérieusement, j’entends)

La première fois où j’ai décidé de vraiment travailler sur moi, de manière très sérieuse mais surtout avec un professionnel, c’était avec une psychothérapeute. Alors ce n’était pas du développement personnel mais de la thérapie. Cependant le but est le même : améliorer sa vie, mais surtout, dépasser un évènement dramatique et traumatique. D’ailleurs, c’est souvent le cas, on travaille sur soi parce qu’on a vécu quelque chose de vraiment pas cool et pour ne pas se noyer, on demande de l’aide. Quand tout va bien, ou à peu-près bien, on se contente de ce que l’on a, on peut même se dire qu’il y a pire, ou qu’on essaiera de réaliser ses rêves plus tard, de changer certaines choses plus tard mais il n’y a pas urgence…

A 25 ans, j’ai été maman pour la première fois. Mettre au monde ma fille a été incroyable. Magique. Merveilleux. Les premiers mois suivants sa naissance, j’étais dans mon petit cocon, complètement émerveillée par ce petit être que j’avais mis au monde, complètement centrée sur ce bébé que je couvais d’amour. Mais mon monde a volé en éclats bien vite. Je me suis prise une porte en pleine tête, et elle a fait drôlement mal. Quelques mois après la naissance de ma fille, ma soeur a mis fin à ses jours. Elle était déjà maman de deux petites filles et enceinte. J’étais très proche de ma soeur, de deux ans mon ainée. Nous avions eues une enfance difficile, faite de violences, de privations et de peur. Mais nous étions soudées. Nous habitions près l’une de l’autre. Le choc a été terrible. L’incompréhension, grande. Je n’ignorais pas que notre enfance l’avait marquée, j’avais eu à peu-près la même, alors j’étais bien placée pour le savoir même si elle a vécu des choses très difficiles à surmonter que moi, je n’avais pas vécues. Et outre tous les sentiments dévastateurs liés à la perte d’un proche ( j’aurais dû passer plus de temps avec ce proche, j’aurais dû lui dire que je tenais à lui, j’aurais dû, j’aurais dû, j’aurais dû…), je me sentais coupable. Coupable de ne pas l’avoir aidée plus, de ne pas l’avoir « sauvée », de ne pas l’avoir empêchée de mettre fin à ses jours. Alors au bout d’un moment, désemparée, j’ai décidé de faire une thérapie.

Ca n’a pas enlevé le manque immédiat, la tristesse, la colère, mais ça m’a beaucoup aidé. Ca n’a pas été facile pourtant, j’en ai versé, des larmes. J’ai eu plus d’une fois envie de stopper, trop épuisée autant moralement que psychologiquement. Mais sans cette thérapie, j’aurais passé beaucoup plus de temps à ruminer cet évènement tragique, à ruminer ma culpabilité, et je ne serais pas la même aujourd’hui. J’ai appris plein de choses très intéressantes. Sur moi, sur mes fausses croyances, et sur la vie. D’autant plus que j’avais commencé des études de psycho à l’université sans aller jusqu’au bout. J’ai même pensé à reprendre ces études, tellement j’ai compris le bien que l’on peut faire en exerçant ce métier. Et ma psy m’avait dit à un moment que je ferais une excellente thérapeute, moi aussi. Mais, d’un autre côté, je sentais que ce n’était pas exactement ça que je voulais faire. Il me manquait quelque chose. Et puis honnêtement, vu l’état dans lequel je me trouvais suite à la perte de ma soeur, voir des gens aussi triste tous les jours, non merci. Mon petit coeur d’empathe et d’hypersensible n’aurait pas réussi à gérer.

Donc voilà mon premier travail sur moi avec un professionnel. La première fois où j’ai décidé de « miser sur moi », avec les outils dont on disposait. Et malgré la difficulté, j’en garde un souvenir doux. (Peut-être aussi parce que ma psychothérapeute était un concentré de douceur ;-)) et ce n’est pas du développement personnel à proprement parler mais le but est le même : transformer mon plomb en or pour vivre mieux.

La deuxième fois où j’ai décidé de travailler sur moi

Alors que j’avais déjà bien réussi à réaliser des rêves, (travailler à mon compte dans un secteur qui me passionnait, écrire des livres et être publiée), j’ai appris que j’avais la maladie de lyme (piqure de tique). Je ne vais pas expliquer tout en détails ici, c’est possible que je parle un jour ou l’autre plus précisément de cette maladie sur mon blog, mais la maladie a pris de l’ampleur. J’ai vraiment été à plat, dépassée, démoralisée, voire déprimée. Au bout d’un moment, j’ai décidé de faire une grosse formation (David Laroche. Entrainé pour réussir) pour apprendre comment gérer tout ce que je vivais. Les émotions négatives, la colère, la peur, le stress, l’auto apitoiement, le ras le bol, le sentiment d’injustice, et j’en passe… Parce que la maladie de lyme m’handicapait vraiment. Elle me met des bâtons dans les roues. Et des sacrés bâtons. Et ça a été vraiment bénéfique. Cette formation m’a appris énormément de choses, mais également d’encore plus me concentrer sur moi, ou du moins sur ce que je souhaitais vraiment. Sur ce qui était essentiel, en virant tout le superflu, tout ce qui me demandait de l’énergie pour rien. Cette formation m’a permis de retrouver espoir, aussi. Cette formation m’a donné envie de continuer à me battre pour ce qui me tient vraiment à coeur, elle m’a aidée à être encore plus moi-même, et j’ai décidé que mes rêves seraient plus fort que ma maladie. Qu’elle ne gagnerait pas. Que c’est de cette manière que j’allais reprendre le dessus (et en continuant à me soigner, évidemment).

Je crois qu’il ne faut pas hésiter une seule seconde à chercher des techniques pour améliorer notre vie, des techniques pour dépasser des évènements traumatiques, des situations bloquées, de ne pas hésiter à miser sur nous, d’autant plus qu’on a la chance d’avoir plein de vidéos à dispositions sur Internet, plein de contenus gratuits, et que ce soit pour un tout petit truc qui nous dérange ou pour un évènement beaucoup plus difficile à gérer, ça vaut le coup. Et surtout c’est possible. Il n’y a pas d’âge pour changer, pas d’âge pour réaliser des rêves, pas d’âge pour, enfin, mettre de la légèreté dans son coeur et dans son mental.

Nous ne sommes pas obligés de subir. Bien sûr, il y a des choses qu’on ne peut éviter. La souffrance fait partie de la vie. Mais nous ne sommes pas obligés d’être stressés, angoissés, tristes, négatifs. Nous pouvons apprendre à mieux gérer nos émotions. Nous pouvons apprendre à vivre avec nos blessures, ne pas les laisser conditionner qui nous sommes. Nous pouvons apprendre à reprendre le pouvoir sur nous-même. Nous pouvons apprendre à devenir acteur de notre destinée. Nous pouvons réaliser nos rêves.

D’ailleurs, dans les livres que j’écris, ces livres dits « feel-good », (voir la section « mes livres ») mes héroïnes se rendent toujours compte de l’importance de réaliser leurs rêves. Je crois que c’est un des messages fort qu’il me tient de passer : Réalisez vos rêves, bordel ! (ah ah, je le dis avec plus de douceur, normalement). La vie est trop courte, trop agitée, trop imprévisible pour qu’on ne prenne pas le temps d’aller chercher au fond de soi ce à quoi on tient le plus et de le manifester dans la vie. Et surtout, surtout, il ne faut pas attendre de se prendre une porte en pleine tronche pour décider d’enfin penser à soi et aller vers ce qui est essentiel pour nous.

Dites-moi, sentez vous le besoin de changer des choses dans votre vie ? Aspirez vous à plus de bien-être, de sérénité ? La nécessité de passer des obstacles, de transcender des évènements négatifs ? Le faites-vous déjà ? De manière sérieuse ? Réalisez vous vos rêves ? N’hésitez pas à partager vos expériences, vos envies, vos victoires. Parce que partager ce qu’on a compris, appris peut aider les autres, les inspirer. Nous recherchons tous la même chose, non ? Etre heureux et vivre une vie qui nous donne le sourire…

1. La lithothérapie, et pourquoi et comment utiliser les pierres ?

La lithothérapie est le nom donné pour la méthode de soin par les pierres. Il existe des pierres pour à peu-près tous les maux, qu’ils soient physiques ou émotionnels. Mais attention :

Il est toujours préférable de consulter un médecin, surtout pour les maladies graves. Mais utiliser une ou plusieurs pierres en complément est une très bonne option.

Les pierres agissent sur le physique et sur les corps énergétiques puisqu’elles émanent de l’énergie. Mais pas seulement, elles ont aussi une composition chimique qui entre en compte. C’est le cas par exemple de la malachite, une pierre très efficace contre les douleurs inflammatoires, qui contient beaucoup de cuivre. (on connait les bracelets de cuivre contre les douleurs).

L’énergie n’est pas visible, c’est ce qui peut rendre sceptique certaines personnes sur la réelle efficacité des pierres. Pas de problème, le mieux est d’essayer et de se faire son propre avis. Surtout qu’il y a une chose très importante à savoir :

Les pierres n’agissent pas de la même façon sur les personnes.

Si on prend cinq personnes qui portent une améthyste pour s’apaiser, aucune n’aura le même retour. Il y a une foule de raisons à ça : l’ouverture d’esprit, le ressenti, l’évolution spirituelle, le degré de stress, l’envie réelle d’être apaisé (oui, oui 🙂 ), l’état de santé, la perception des énergies, etc etc… Donc, c’est toujours mieux de tester pour se faire son propre avis. D’ailleurs, je vois souvent des gens acheter une pierre car une amie leur a conseillée, parce qu’elle a super bien marché pour elle et à chaque fois, je me crispe. J’explique comment on choisit les pierres, l’importance de se fier à son intuition, à son propre ressenti mais souvent, la personne ne veut rien entendre. Savoir qu’une certaine pierre a fonctionné est rassurant pour elle donc elle veut la même. Je comprends très bien ça. Dans la section bien-être de ce blog, je vais partager les méthodes qui ont fonctionné pour moi en développement personnel mais il n’y a aucune garantie que ça fonctionne parfaitement pour les autres. Parce qu’il y a toujours des ajustements à faire. Alors je comprends qu’on veuille des choses qui marchent mais il faut garder à l’esprit cette information importante : les pierres n’agissent pas de la même façons sur tout le monde.

Les pierres interagissent avec nous. Je les compare à des guides. A des compagnons précieux qui vont nous aider à passer des obstacles, à comprendre des situations, à provoquer des déclics pour que l’on change ce qui ne fonctionne pas. C’est subtil, souvent. Elle élèvent notre énergie, notre niveau de conscience, accentue certaines émotions ou pensées pour que l’on réagisse et change. Les maladies prennent forme dans les corps énergétiques et sont issus de chocs, de pensées vibratoires basses, émotions négatives et vibrations négatives. Ensuite, elles arrivent dans notre corps physique. Si on change notre énergie, la maladie est évitée. (si on s’y prend assez tôt). Lorsque la maladie est là, ce sont nos prises de conscience, nos pensées et notre mode de vie qui va améliorer les choses, ainsi que les traitements. C’est la raison pour laquelle lorsqu’on utilise les pierres, c’est vraiment important d’être à leur écoute (voir article sur comment choisir les pierres et l’importance de les ressentir), de les ressentir, de se « rapprocher » d’elles si la maladie vient d’émotions ou d’un choc. Le cristal, par exemple, qui est aussi une formidable pierre de clairvoyance, peut intensifier notre colère pour qu’on en trouve la source et ainsi l’évacuer et la transformer. Vraiment, vraiment, il faut prendre le temps de ressentir les pierres si on veut faire un travail sérieux avec. je le répète, elles peuvent agir si on les met juste dans notre poche pour des choses légères ou certaines douleurs mais si on veut vraiment améliorer sa vie, c’est un travail sérieux qu’il faut faire avec. (sérieux ne veut pas dire chiant, hein, ça veut juste dire qu’il faut mettre la priorité sur le fait d’améliorer sa vie, d’avoir plus de bien-être).

Toujours au niveau de l’énergie, les pierres nous reconnectent à nous-même. Et par conséquent, à la nature. Lorsqu’on est connecté à soi-même, on prend soin de la nature. C’est une évidence. Et inversement aussi, les pierres peuvent nous reconnecter à la nature en premier pour qu’on puisse se reconnecter à soi-même ensuite.

Donc pour résumer, les pierres agissent par leur composition chimique (cuivre, zinc, manganèse, magnésium…) et par leur énergie. Plus on y croit, plus on s’ouvre à cette énergie, aux pierres, mieux ça fonctionne.

Allez, petite confidence 😉 Lorsque j’ai commencé à vendre des pierres, j’étais quand même un peu sceptique. En fait (et c’est en écrivant là maintenant que je remarque ça (et c’est trop drôle)) je crois que ce sont les pierres qui m’ont choisies pour que je les vende. Je rigole parce que c’est très connu qu’on ne « choisit pas une pierre, mais que c’est elle qui nous choisit ». Donc, pour expliquer, avant de vendre des pierres, j’avais crée une marque de vêtements en coton biologique (biologik tribe), j’étais partie avec un pote et mes dessins sous le bras en Inde pour trouver une fabrique de coton bio (comme ça, sans adresse ni rien parce qu’un Indien m’avait dit qu’il y avait des fabriques en Inde du Nord), j’ai trouvé et j’ai fait fabriquer des t shirt avec des messages pour la protection de l’environnement. (oui, la terre est très précieuse à mon coeur. Je pourrais même dire à mon âme). Et donc j’ai fait beaucoup de salons bio et bien-être pour vendre mes t-shirts et quelques marchés. C’est à ce moment là que j’ai découvert les pierres, tout du moins toutes ces pierres qui avaient soi disant un pouvoir. Avant ça, je me foutais totalement des pierres et (c’est encore drôle), je me souviens qu’adolescente, je faisais le ménage chez un couple âgé de mon village pour me faire un peu d’argent de poche et ils avaient une vitrine avec des pierres. Je me rappelle d’une améthyste brute que j’avais regardé d’un air blasé en me disant que franchement, je ne voyais pas à quoi ça servait d’avoir ça chez soi. Que moi, c’est évidement que JAMAIS je n’aurais ce genre de choses chez moi.. (hum hum)

Et donc (oui, je m’éparpille), plus je faisais de salons, de marchés et plus je voyais de pierres. J’ai commencé à m’y intéresser. Un peu maladroitement d’ailleurs, je lisais sur internet le pouvoir des pierres et je voulais absolument celle qui offrait le plus de pouvoir. J’en ai porté sans trop ressentir quoi que ce soit. Et puis un jour, en rentrant d’un salon bio, j’ai eu un déclic.

Il fallait que je vende des pierres. Que j’en fasse mon métier.

Mais bon, j’étais un peu sceptique même si vraiment, je les trouvaient super jolies et qu’elles commençaient à me fasciner. Et j’en ai rêvé TOUTES LES NUITS pendant 3 mois. Réellement. J’ai rêvé de minéraux toutes les nuits pendant trois mois. Et vu que j’ai toujours fait des rêves prémonitoires, ou que j’ai obtenu des réponses dans mes rêves, eh bien je me suis lancée. Mais toujours un peu hésitante. Je me suis formée, j’ai énormément lu sur le sujet, j’étais donc très professionnelle mais quand même, je trouvais que c’était un peu trop beau, et un peu trop facile de leur donner tant de pouvoir. Et petit à petit, j’ai approfondi. Ressenti, test, etc… et maintenant, je peux certifier que les pierres sont incroyables. Si on fait l’effort de se rapprocher d’elles, de les ressentir, des les utiliser avec respect, humilité, amour, de les inclure dans sa vie comme des guides, des compagnons de route, leurs effets sont vraiment visibles et on peut les utiliser comme un véritable outil de mieux-être et de développement personnel.

(Mea culpa, les pierres, de ne pas avoir cru en vous tout de suite 😉 ( (mais finalement, je crois que j’avais besoin d’être sceptique pour me faire mon propre avis et devenir encore plus professionnelle envers les gens qui me demandent des conseils et qui m’achètent des pierres.)

Parce qu’elles sont trop belles !! 🙂

Plus sérieusement, la nature est très intelligente. Si elle a crée les pierres, c’est bien que celles-ci ont une utilité. Tout comme les plantes, l’eau, etc. Donc, utiliser les pierres, c’est se soigner et améliorer sa vie avec des moyens naturels. (Et je le répète, on ne se passe pas d’avis médical pour se soigner). Donc, on utilise les pierres parce que déjà, elles sont incroyables, et en plus, elles viennent de la terre, elles font partie de la nature, donc c’est extrêmement bénéfique. Et elles agissent en profondeur. Elles ne se contentent de pas de masquer ou calmer des douleurs, des émotions douloureuses, elles nous font prendre conscience de ce qui cloche, bloque, pour que nous puissions passer à un niveau supérieur, pour que nous allions vers plus de mieux être, de bien être.

On peut utiliser ses pierres de différentes façons, et selon ses besoins.

Les porter sur soi :

  • Dans la poche.
  • En bijou (collier, pendentif, bracelet, bague, boucles d’oreilles).
  • Dans le soutien-gorge pour les dames (il faut bien avoir des avantages à porter un soutien-gorge !)
  • En porte-clefs, essentiellement pour les pierres de protection.
  • Dans le sac, essentiellement pour les pierres de protection.
  • Les toucher, les tripoter, les tenir dans la main le plus souvent possible.

Toujours sur soi, mais en « soin » :

Allongée, vous pouvez poser sur les points de chakras les pierres correspondantes (voir article sur les chakras). Mettez une musique douce, canalisez vos pensées en vous concentrant sur votre respiration, et appréciez. Faire cet exercice est très agréable et revigorant. Pour l’avoir testé de nombreuses fois, j’ai pu ainsi calmer des sentiments négatifs, de la colère, et me sentir « toute neuve » ensuite…

A poser chez soi :

• Pour les pierres plus grosses, celles qui dégagerons donc plus d’énergies que les petites.

• Pour protéger, notamment des ondes nocives.

Dans la chambre :

• Les pierres apaisantes, celles qui aident à dormir, à glisser dans la taie d’oreiller ou à tenir dans la main avant de dormir, ou encore sur la table de nuit. Voici donc les multiples façons d’utiliser les pierres. A vous de trouver celle qui vous correspond le mieux, la façon la plus pratique pour vous.

Peut on associer les pierres ?

Oui, sans aucun problème. On peut associer plusieurs pierres. Alors il n’est pas utile d’en avoir trop, mais on peut en porter plusieurs. En fait, le mieux (comme pour tout), c’est vraiment de se faire confiance, d’écouter son intuition, son ressenti, ses perceptions, pour savoir si c’est mieux de ne porter qu’une seule pierre ou si on peut en porter plusieurs. Il n’y a pas de pierres qui se battent entre elles. (Il n’y a que l’émeraude, il paraît, qui s’efface devant les autres, mais je n’ai pas testé, alors je ne peux pas certifier. )

Voilà ce premier article qui explique « la lithothérapie et comment et pourquoi utiliser les pierres » qui arrive à sa fin. Le prochain article expliquera comment choisir ses pierres. Celui d’après, les pierres et les chakras. Encore après, comment purifier et recharger ses pierres. Ensuite, on passera aux propriétés des pierres.

N’oubliez pas, nous avons rendez-vous chaque mercredi. Et bientôt aussi, il y aura ma boutique en ligne. J’ai hâte !!

Dites moi si vous avez des questions, quelle est votre regard sur les pierres, si vous aimez les utiliser, s’il y a des choses où je n’ai pas été assez explicative, je me ferai un plaisir de vous répondre. Et si cet article vous a plu, que vous pensez qu’il peut intéresser quelqu’un, partagez !

Qui suis-je ?

Je suis un être humain en quête de sens. Où plutôt un être humain qui a besoin de mettre du sens dans ce qu’il fait. Un être humain qui a besoin d’apprendre, de comprendre, de partager. D’avancer. Qui a besoin de se sentir en connexion avec les éléments, avec les autres. Qui a besoin de ressentir de la douceur, de la bienveillance et de la joie. Qui a besoin d’être en harmonie avec ses valeurs, et avec le monde qui l’entoure.

Je m’appelle Francia, j’ai passé la quarantaine (mais ma soeur dit que j’ai 26 ans et je crois que c’est elle qui a raison…). J’ai deux enfants adolescents, un chat énorme, un petit chien un peu énorme aussi, une tortue que « si j’avais su je ne l’aurais pas acheté » (parce que c’était un caprice de ma fille et qu’une tortue, ça n’a pas sa place dans un aquarium). (Mais je l’aime beaucoup, hein).

Je suis lithothérapeute (soin avec les pierres), je vends des minéraux et des bijoux sur les marchés depuis une dizaine d’année. Je suis auteure. J’ai écris plusieurs romans que vous trouverez dans la section « mes livres ».

Je suis passionnée par le développement personnel, plus précisément par l’évolution de l’être humain, la résilience, cette capacité que nous possédons tous d’aller de l’avant, de passer au dessus des obstacles, des coups durs, ces coups qui nous laissent pantelants et dépassés sur le bas côté de la route, par cette capacité à nous relever et de vouloir toujours, malgré tout, vivre une vie qui nous inspire, qui nous plait, plutôt que de subir et se résigner. Je suis une grande rêveuse. J’adore écrire, c’est ma magie à moi, une des choses que je préfère faire sur terre. J’adore voyager, découvrir d’autres contrées, d’autres populations, d’autres façons de vivre ( découvrir d’autres nourritures, aussi). J’adore lire, me balader, notamment en forêt, parce que je me sens chez moi dans la forêt. J’aime l’authenticité, la légèreté, l’humour, les gens différents, ceux qui osent, ceux qui inspirent les autres, ceux qui s’affranchissent des regards, de l’éducation et des normes de la société. Ceux qui font péter toutes leurs fausses croyances pour ajuster leur vie à ce qu’ils pensent juste. J’aime les gens qui vivent en fonction de ce qui les fait vibrer, ceux qui écoutent leurs appels intérieurs, qui se démènent pour améliorer le monde, pour en faire un endroit plus serein et plus censé. Je suis fascinée par les minéraux, leur beauté et leur pouvoir (c’est mon travail, je crois que je l’ai déjà dit), et je suis fascinée par la nature (ça aussi je crois que je l’ai déjà dit). J’aime énormément l’eau, elle me fait du bien, notamment la pluie parce qu’elle me berce et me donne envie de me recentrer sur moi et de me reposer. D’ailleurs, on m’a souvent dit que j’étais bizarre d’aimer la pluie. Et si, à une époque (l’adolescence, par exemple), qu’on me dise que j’étais bizarre me vexait, aujourd’hui, je suis tellement fière d’être (soi-disant) bizarre. J’aime discuter avec les gens, savoir comment ils pensent, ce qu’ils font, connaitre leurs rêves.

J’aime guider les gens. Les aider à trouver des solutions, les aider à laisser émerger ce qu’il y a de plus beau en eux, retrouver leurs rêves enfouis, oubliés, trop longtemps laissé de côté. J’aime les inciter à se reconnecter à eux-même, et par conséquent, à la nature. (De toute façon, je suis intimement persuadée que lorsqu’on se reconnecte à soi-même, on se reconnecte forcément à la nature parce que c’est une évidence). J’aime aider les gens à réaliser leurs rêves car quand on est concentrés sur ce qui nous plait, lorsqu’on vibre de vivre une vie sur mesure, on est joyeux, serein, on élève l’énergie générale du monde, on montre l’exemple, et on a pas le temps d’être triste, en colère, rempli de rancoeurs ou d’amertume. (même si ce n’est pas facile, hein, de se créer une vie sur mesure, il y a plein d’étapes à passer. Mais on sait pourquoi on le fait). J’aime être cette personne qui va provoquer un déclic, ou l’envie de prendre sa vie en main, l’envie de reprendre son propre pouvoir parce qu’en réalité s’il y a un pouvoir à prendre, c’est celui sur sa propre vie.

Avec ce blog, j’apporte ma contribution. Ma contribution pour continuer à faire de notre belle planète un endroit chouette et merveilleux. Parce que je crois que nous aspirons tous à la même chose, non ? Vivre heureux, en harmonie avec le monde qui nous entoure… Et si je peux vous souhaiter quelque chose, c’est :

Et l’incarner envers et contre tout. Le monde a besoin de gens différents, de gens qui vivent en accord avec leurs valeurs, avec la planète, la nature et avec les autres.

Ma vision du développement personnel (et pourquoi j’adore le développement personnel)

Cet article peut faire écho à mon article dont le titre est « Quoi ? Travailler sur moi ? Mais je travaille déjà bien assez comme ça ! » 😉

Je l’ai déjà dit, je lis (et j’ai lu) énormément de livres sur le développement personnel. Et j’ai quand même pas mal était déçue. Ou alors, je n’ai pas assez appliqué. Ou alors ce n’était pas le moment. Bref, le développement personnel est en vogue, on voit énormément de publicités, notamment sur Facebook et Instagram avec des titres accrocheurs pour trouver le bonheur en 3 étapes. Devenir riche, trouver sa mission de vie, ne plus être stressé, perdre du poids en 2 heures, travailler 30 minutes par jour et avoir un salaire super élevé, etc etc… (ouais, ouais, j’exagère un peu). Et je me répète aussi, j’ai déjà parlé de ce développement personnel à la mode sur l’article cité plus haut. (Mais je me répète beaucoup, de toute façon, demandez à mon copain ^^). Tout ça pour dire que ces pubs accrocheuses sont là dans un but : être accrocheuses. Parce que la réalité est bien différente, on ne trouve pas le bonheur (ou sa mission de vie, ou un salaire super élevé, ou on ne dépasse pas un évènement traumatisant etc…) en un claquement de doigts. On ne change pas en un claquement de doigts. Il faut des déclics. Des prises des consciences. Et surtout, surtout l’envie de changer, d’améliorer des domaines de sa vie. Ah, et faire des efforts, aussi, évidemment. D’ailleurs, ça me fait penser à la lithothérapie, quand des personnes achètent des pierres et pensent que, du coup, tout va aller mieux, comme par un coup de baguette magique. Ce n’est pas ça. Bien sûr, les pierres apaisent, calment des douleurs, mais pour des changements plus profonds c’est parce qu’il y a quelque chose qui se passe. On ne peut pas acheter une pierre, la mettre dans sa poche (ou la mettre dans un placard) et se dire : « ben ok, c’est bon, je suis parée, ma vie va être merveilleuuuuuuuse ».

C’est quand même un peu plus compliqué que ça.

Ce n’est pas en lisant un livre de pensées positives qu’on va tout de suite penser positivement. D’ailleurs, ce n’est même pas en pensant positivement (si on y arrive direct, comme ça) que tout va s’améliorer. Non. Parce qu’il y a ce qu’on souhaite, et la réalité. La réalité, c’est notre éducation, nos croyances, la société, l’inconscient, les mensonges qu’on se raconte, les autres, la vie. Et puis d’ailleurs, la vie, ce n’est pas d’être heureux tout le temps. Ca, c’est déjà une énorme prise de conscience (qui fera certainement l’objet d’un article, d’ailleurs). Mais avec le développement personnel, on apprend à gérer ces moments difficiles. A les dépasser. A ne pas les subir. Comme le dit Sénèque :

On parle souvent de bonheur, comment le trouver etc, mais une des choses primordiales, c’est d’apprendre à danser sous la pluie, c’est clair. Parce que sinon, on a beau faire tout ce que l’on peut pour se sentir bien, si un évènement nous met à terre et que l’on est pas paré pour y faire face, on risque d’y rester longtemps, à terre.

Dans mon article sur « travailler sur soi », j’ai parlé de ma première thérapie. Je vais vous parler maintenant d’une formation que j’ai acheté, des raisons pour lesquelles je l’ai fait, et surtout pourquoi j’ai tenu à créer ce blog « inspire et crois en toi ».

Je travaille à mon compte depuis 10 ans, en vendant des minéraux sur les marchés. J’adore travailler sur les marchés. Vraiment. Il y a des moments difficiles (ceux où l’on ne travaille pas trop), c’est un monde où il faut se faire sa place, se faire respecter (j’ai vécu des moments épiques comme lorsqu’un démonstrateur a essayé d’allonger son stand et me manger deux mètres de place en prétextant, d’un air supérieur, que « lui, n’était pas là pour s’amuser ». Genre, moi, j’étais là pour passer le temps peut-être…), c’est un métier physique soumis aux intempéries, on se lève tôt, bref… ça n’empêche que j’adore mon job, parce que déjà les pierres sont fascinantes, que je les vends dans le but d’aider les gens, de les reconnecter à eux-même et à la nature, et que sur les marchés, je me sens libre, et encore parce que travailler à mon compte me convient vraiment très bien (je n’ai jamais supporté de travailler pour un patron). Et depuis quelques années aussi, j’écris et je suis publiée. Des romans feel-good, de la romance, et maintenant des livres de bien-être ou de spiritualité. Et ces deux choses là (travailler à mon compte et les livres) sont précieuses à mon coeur car ce sont des rêves que j’ai réalisé. Mais un jour, je me suis fait mordre par deux tiques, et il s’avère que j’ai la maladie de lyme. Et cette maladie me met beaucoup de bâtons dans les roues. Fatigue, migraine, douleurs chroniques, moral en baisse etc… (ça aussi ça fera sûrement l’objet d’un article, il y a tant à dire sur ce sujet). Et donc, à un moment, je me suis vraiment laissée dépasser par le côté négatif de la maladie. A tel point que j’ai tout perdu de vue. Mes rêves, la légèreté, l’humour, la passion, ma spiritualité. Mais comme j’ai un côté guerrière, j’ai décidé que non, la maladie n’allait pas gagner. Et la vie faisant souvent bien les choses, je suis tombée sur une formation qui m’a attirée. Celle de David Laroche, « entrainé pour réussir ». Et elle m’a beaucoup aidée. Cette formation (et la maladie) m’ont permis de me recentrer sur moi, sur ce qui était essentiel pour moi, d’apprendre de nouvelles choses, des choses vraiment utiles, intéressantes mais surtout efficaces, et de continuer à y croire. J’ai revu mes priorités. Mais j’ai encore rechuté. Vraiment bas. La maladie est vraiment tenace, parfois…

C’est notamment avec une énergéticienne/médium que j’ai repris le dessus (merci à elle). J’ai eu un soin énergétique et elle m’a dit ce que mes guides et anges voulaient que je sache. C’était des choses qui sommeillaient en moi, des choses qui me tenaient à coeur de faire mais que la peur, les doutes m’empêchaient de faire. Que ma maladie m’empêchait de faire (du moins, mes croyances liées à cette maladie). Mon intuition me le soufflait pourtant…

Et donc j’ai eu la confirmation que oui, le développement personnel (entre autres), c’est vraiment mon truc. Ça, et l’écriture. Donc voilà pourquoi le blog Inspire et crois en toi. Pour partager ce en quoi je crois, ce qui donne du sens à ma vie, ce qui fonctionne vraiment pour améliorer certains domaines de sa vie si on le désire.

Donc ma vision du développement personnel, c’est qu’il a pour but de nous emmener vers nous-même, de nous révéler, de nous aider à améliorer ce qu’on souhaite, peu importe ce que l’on traverse ou ce qu’on a fait. Il a pour but de nous aider à réaliser nos rêves, de nous aider à nous dépasser pour, enfin, incarner qui nous sommes au plus profond de nous. Parce que lorsqu’on est connecté à la plus belle version de nous même, on est stable, heureux, et on prend soin des autres, du monde animal et de la planète.

Alors bienvenue sur mon blog. Et, avec ou sans ma contribution :